chlorhydrate d'aluminium.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: chlorhydrate d'aluminium.

Message  gwen le Jeu 4 Fév 2010 - 11:11

Comme tu parlais de "hoax" Isa je viens d'aller fouiller sur ce site et voici ce que je trouve .... qui ne donne pas une réponse catégorique à la question.
je crois que nous ne sommes pas sorties de l'auberge No


Déodorants et cancer du sein
Type : Mise en garde
Statut : Du vrai, du faux
En circulation depuis : Mai 2009


MISE EN GARDE - Une odeur persistante...

9 ans après notre précédent article, toujours aucune étude ne permet d'affirmer quoi que ce soit... Et pourtant, la rumeur est toujours bien présente.

Une polémique fait rage depuis plusieurs années, entretenue sur certains sites de santé et beaucoup de sites féminins, relayée par les internautes inquiets pour leur santé : l'utilisation de déodorants et d'antitranspirants combinée au rasage des aisselles favoriserait le développement du cancer du sein. Nous avions déjà consacré un article à ce sujet en 2000 , de nouvelles publications scientifiques nous permettent aujourd'hui de préciser un peu les choses.

Les médecins et les chercheurs ont constaté un nombre important de cancers du sein situés dans le quadrant supéro-externe, une zone proche de celle où l'on applique habituellement les déodorants. Selon certains scientifiques, la cause pourrait être attribuée aux sels d'aluminium (servant à lutter contre la sueur et les bactéries) et aux parabènes (une famille de conservateurs utilisés dans de nombreux autres produits, y compris alimentaires) contenus dans les déodorants et les antitranspirants. Concernant les parabènes, des questions demeurent quant à l'impact de certains d'entre eux sur l'organisme mais ils sont a priori absents de la plupart des déodorants qui, étant bactéricides, se conservent naturellement. Restent les sels d'aluminium, accusés par certains de jouer un rôle dans le processus de développement du cancer.

Du côté des scientifiques, bien que de nombreux articles aient souligné l'absence de lien entre le cancer du sein et l'utilisation des déodorants, d'autres chercheurs affirment avoir trouvé ce lien et notamment l'Américain Kris G. McGrath, que nous avons contacté, dans deux publications récentes parues en 2003 et en 2009. Devant l'inquiétude des consommateurs s'exprimant notamment sur internet, les entreprises de cosmétiques ont cherché à en savoir plus. Parmi elles la société américaine Unilever a sollicité un groupe de chercheurs français spécialisés dans le cancer du sein, leur demandant d'analyser toutes les publications traitant d'un lien entre l'utilisation de déodorants et le cancer du sein et d'établir leur degré de fiabilité. Au cours de leur étude, les chercheurs ont d'abord constaté que beaucoup d'articles étaient "peu rigoureux sur le plan méthodologique" et qu'ils "n'apport[ai]ent pas de réponse aux questions posées", et leur conclusion après analyse de toutes les publications existantes sur le sujet établit que "aucune preuve scientifique en faveur de l'hypothèse n'a pu être identifiée" (Bulletin du Cancer. Volume 95, Numéro 9, 871-80, septembre 2008, synthèse).

La conclusion est rassurante, mais reste ce problème de taille que les experts reconnaissent eux-même : il manque une étude sérieuse et complète sur le sujet. On se trouve donc plutôt face à une absence de preuve de lien entre déodorants et cancer du sein, que face à une preuve d'absence de ce lien.Une telle étude, nécessiterait en effet, d'analyser les mêmes pratiques (mêmes attitudes lors de l'application du déodorant), sur plusieurs dizaines d'années sur plusieurs milliers de femmes, tous les jours.

Les chercheurs que nous avons pu interroger, notamment le Professeur Moïse Namer du groupe d'experts qui a mené l'étude commandée par Unilever et la Dr. Marie-Christine Rio, directrice de recherche INSERM travaillant sur le cancer du sein à l'Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire, s'avouent sceptiques sur la validité du lien entre les sels d'aluminium et le développement de cancers du sein. En effet, les veines qui drainent les aisselles et qui absorberaient ces substances rejoignent la circulation générale sans passer par le sein, comment donc expliquer sa contamination ? Et si contamination il y avait, elle concernerait les deux seins : pourquoi y a-t-il donc si peu de cancers bilatéraux (2%) ? Pourquoi, aussi, ne constate-t-on pas plus de cancers de la peau au niveau des aisselles, alors que la sensibilité aux substances cancérigènes est la même ? Enfin, au Moyen-Orient par exemple, les femmes ne se rasent pas mais s'épilent, ce qui cause également des microlésions dans la peau, et elles utilisent exclusivement la pierre d'alun constituée de sulfate d'aluminium "quasi pur". Or il n'y a pas plus de cancer du sein dans ces populations que dans le reste du monde.
Quoiqu'il en soit, pour ceux qui souhaitent appliquer le principe de précaution, il est toujours possible de trouver dans le commerce des déodorants sans sels d'aluminium. Mais qu'elle que soit l'attitude que chacun retiendra, il convient surtout de ne pas oublier que le cancer peut survenir même si on décide de n'utiliser strictement aucun déodorant ou anti-transpirant d'aucune sorte. En conséquence, la meilleure protection des femmes contre le cancer du sein reste le dépistage systématique, les palpations mammaires et les mammographies étant indispensables pour un dépistage précoce et donc une chance de guérison maximale. Là réside sans aucun doute le seul message à faire passer dans les esprits !

gwen

Age : 83
Localisation : province de Liège en Belgique
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: chlorhydrate d'aluminium.

Message  gwen le Jeu 4 Fév 2010 - 11:10

Comme tu parlais de "hoax" Isa je viens d'aller fouiller sur ce site et voici ce que je trouve .... qui ne donne pas une réponse catégorique à la question.
je crois que nous ne sommes pas sorties de l'auberge No


Déodorants et cancer du sein
Type : Mise en garde
Statut : Du vrai, du faux
En circulation depuis : Mai 2009


MISE EN GARDE - Une odeur persistante...

9 ans après notre précédent article, toujours aucune étude ne permet d'affirmer quoi que ce soit... Et pourtant, la rumeur est toujours bien présente.

Une polémique fait rage depuis plusieurs années, entretenue sur certains sites de santé et beaucoup de sites féminins, relayée par les internautes inquiets pour leur santé : l'utilisation de déodorants et d'antitranspirants combinée au rasage des aisselles favoriserait le développement du cancer du sein. Nous avions déjà consacré un article à ce sujet en 2000 , de nouvelles publications scientifiques nous permettent aujourd'hui de préciser un peu les choses.

Les médecins et les chercheurs ont constaté un nombre important de cancers du sein situés dans le quadrant supéro-externe, une zone proche de celle où l'on applique habituellement les déodorants. Selon certains scientifiques, la cause pourrait être attribuée aux sels d'aluminium (servant à lutter contre la sueur et les bactéries) et aux parabènes (une famille de conservateurs utilisés dans de nombreux autres produits, y compris alimentaires) contenus dans les déodorants et les antitranspirants. Concernant les parabènes, des questions demeurent quant à l'impact de certains d'entre eux sur l'organisme mais ils sont a priori absents de la plupart des déodorants qui, étant bactéricides, se conservent naturellement. Restent les sels d'aluminium, accusés par certains de jouer un rôle dans le processus de développement du cancer.

Du côté des scientifiques, bien que de nombreux articles aient souligné l'absence de lien entre le cancer du sein et l'utilisation des déodorants, d'autres chercheurs affirment avoir trouvé ce lien et notamment l'Américain Kris G. McGrath, que nous avons contacté, dans deux publications récentes parues en 2003 et en 2009. Devant l'inquiétude des consommateurs s'exprimant notamment sur internet, les entreprises de cosmétiques ont cherché à en savoir plus. Parmi elles la société américaine Unilever a sollicité un groupe de chercheurs français spécialisés dans le cancer du sein, leur demandant d'analyser toutes les publications traitant d'un lien entre l'utilisation de déodorants et le cancer du sein et d'établir leur degré de fiabilité. Au cours de leur étude, les chercheurs ont d'abord constaté que beaucoup d'articles étaient "peu rigoureux sur le plan méthodologique" et qu'ils "n'apport[ai]ent pas de réponse aux questions posées", et leur conclusion après analyse de toutes les publications existantes sur le sujet établit que "aucune preuve scientifique en faveur de l'hypothèse n'a pu être identifiée" (Bulletin du Cancer. Volume 95, Numéro 9, 871-80, septembre 2008, synthèse).

La conclusion est rassurante, mais reste ce problème de taille que les experts reconnaissent eux-même : il manque une étude sérieuse et complète sur le sujet. On se trouve donc plutôt face à une absence de preuve de lien entre déodorants et cancer du sein, que face à une preuve d'absence de ce lien.Une telle étude, nécessiterait en effet, d'analyser les mêmes pratiques (mêmes attitudes lors de l'application du déodorant), sur plusieurs dizaines d'années sur plusieurs milliers de femmes, tous les jours.

Les chercheurs que nous avons pu interroger, notamment le Professeur Moïse Namer du groupe d'experts qui a mené l'étude commandée par Unilever et la Dr. Marie-Christine Rio, directrice de recherche INSERM travaillant sur le cancer du sein à l'Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire, s'avouent sceptiques sur la validité du lien entre les sels d'aluminium et le développement de cancers du sein. En effet, les veines qui drainent les aisselles et qui absorberaient ces substances rejoignent la circulation générale sans passer par le sein, comment donc expliquer sa contamination ? Et si contamination il y avait, elle concernerait les deux seins : pourquoi y a-t-il donc si peu de cancers bilatéraux (2%) ? Pourquoi, aussi, ne constate-t-on pas plus de cancers de la peau au niveau des aisselles, alors que la sensibilité aux substances cancérigènes est la même ? Enfin, au Moyen-Orient par exemple, les femmes ne se rasent pas mais s'épilent, ce qui cause également des microlésions dans la peau, et elles utilisent exclusivement la pierre d'alun constituée de sulfate d'aluminium "quasi pur". Or il n'y a pas plus de cancer du sein dans ces populations que dans le reste du monde.
Quoiqu'il en soit, pour ceux qui souhaitent appliquer le principe de précaution, il est toujours possible de trouver dans le commerce des déodorants sans sels d'aluminium. Mais qu'elle que soit l'attitude que chacun retiendra, il convient surtout de ne pas oublier que le cancer peut survenir même si on décide de n'utiliser strictement aucun déodorant ou anti-transpirant d'aucune sorte. En conséquence, la meilleure protection des femmes contre le cancer du sein reste le dépistage systématique, les palpations mammaires et les mammographies étant indispensables pour un dépistage précoce et donc une chance de guérison maximale. Là réside sans aucun doute le seul message à faire passer dans les esprits !

gwen

Age : 83
Localisation : province de Liège en Belgique
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

mauvaises odeurs et sels d'aluminium!

Message  isasuisse le Lun 25 Jan 2010 - 14:54

Et bien hoax ou pas, moi j'ai des doutes... vs avez vu comment c'est efficace les anti-perspirants?!! Normal à votre avis?!!

Empêcher la transpiration ne peut être tt à fait naturel, non? C'est ce qu'on entend dire d'ailleurs depuis longtemps, c'est vrai également des parfums d'ambiance et des désodorisants de maison(oui, laure tu as raison... pas génial non plus pour les wc;-). Cf aussi livre de D. Servan- Schreiber, oui je sais il n'a pas tjs bonne presse, mais je trouve que bcp de ses arguments st très sensés.

perso je fais simple: déo sans chlorure d'aluminium, la pierre d'Alun n'en a pas, c'est prouvé, Gwen, on en trouve différents en magasins bio, chez l'Occitane, un de Vichy.
De temps en temps si vraiment j'ai besoin d'être sûre de moi, eh bien échantillon de savon liquide, petite serviette et déo ds le sac ... c'est vrai que les déos naturels st moins efficaces!

Gros débat avec ma fille qui est revenue aux déos anti-perspirants ... là difficile, je ne peux pas lui pourrir la vie avec mes propres angoisses; on avait déjà pas mal discuté la pilule et elle avait décidé de retarder sa prise.

bien sûr vs me direz: ce n'est pas prouvé non plus et les gynécos, même ici en Suisse alémanique, défendent la pilule... No

Cependant je vs raconte une histoire: ns avions pensé "accorder" à notre chatte cat une portée de chatons cat cat cat , cela supposait qu'on attende un peu car elle était trop jeune et donc qu'elle prenne la pilule pour éviter les désagréments des chaleurs (cris affreux, comme des pleurs, et drôle de comportements, anorexie, et cela 3 fois par mois, je passe les détails, les amis des chats comprendront affraid )... eh bien la véto ns l'a déconseillé car gros risque de tumeur mammaire et utérine ensuite, bizarre, non? Bizarre cette pilule pas du tt cancérigène chez ns et très cancérigène chez la chatte ...

Bon c'était le râlage du lundi matin, on voit que les profs du canton d'Argovie sont en vacances!!!! et oui déjà, ce qui explique que je viens rattraper mon retard, vs lire et vs écrire ... en priorité!

Bisous pleins mais alors vraiment pleins de neige
Isabelle

isasuisse

Age : 52
Localisation : Suisse centrale
Humeur : En phase de reconstruction, de réorientation, de nouvelle vie!
Date d'inscription : 03/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coucou

Message  Feu Follet le Lun 25 Jan 2010 - 12:07

Merci de ta réponse Gwen, notre Bretagne est sous la pluie aujourd'hui, mais j'espère qu'un jour nous aurons le plaisir de ta visite.Mille bisous. Lysiane

Feu Follet

Age : 62
Localisation : ARZON
Humeur : à chaque jour suffit sa peine, toujours positive, ne pas baisser les bras
Date d'inscription : 11/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

pour Lysiane ... Gwen

Message  gwen le Dim 24 Jan 2010 - 4:38

Lysiane,
Gwen est un pseudo choisi par attachement/reconnaissance envers un ami qui m'a tenu la main pas à pas dans ce difficile parcours.

S'il avait eu une fille il l'aurait appelée Gwendoline ....

et donc pas d'origines bretonnes No

mais un grand désir de visiter ce beau pays que j'ai traversé une fois bien trop rapidement!

Quant au déodorant, je suis bien obligée d'en mettre un ...il "tient" deux jours et je l'achète dans une moyenne surface "parapharmacie" à un prix très doux.

Bizzzz

gwen

Age : 83
Localisation : province de Liège en Belgique
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Je ne mets plus de déodorant

Message  Juliette le Jeu 21 Jan 2010 - 12:38

Ayant lu aussi quelque chose là-dessus, je ne mets plus de déodorant..Tant pis si je fais fuir les clients....
Non, plus sérieusement, depuis ma radiothérapie, je transpire peu...
Peut-être aussi que je travaille moins...

Je n'asperge pratiquement plus mes wc de désodorisant....On dit que là-aussi, c'est mauvais, pas que ça sent mauvais...

Après tout, est-ce-qu'on a besoin de tous ces produits pour continuer à bien vivre ?...NON ! De la lavande fraiche fait aussi bien l'affaire....Ca sent si bon la lavande....

Juliette

Age : 63
Localisation : france
Humeur : Ca va, ça vient..
Date d'inscription : 30/10/2008

http://juliette03.over-blog.org

Revenir en haut Aller en bas

Coucou Véro

Message  Feu Follet le Jeu 21 Jan 2010 - 12:37

Question Tu as raison Véro, lors de ma radiothérapie, je ne mettais aucun déodorant, je ne me portais pas plus mal, depuis j'ai repris cette habitude, par coquetterie uniquement. Gros bisous. Lysiane

Feu Follet

Age : 62
Localisation : ARZON
Humeur : à chaque jour suffit sa peine, toujours positive, ne pas baisser les bras
Date d'inscription : 11/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Merci Gwen

Message  Feu Follet le Jeu 21 Jan 2010 - 12:27


Merci pour l'information, il y a tellement d'articles à propos des facteurs de risque du cancer, on ne sait plus trop que croire.... mais il faut être à l'écoute, bien sûr.
Dis-moi Gwen est un prénom d'origine bretonne, beaucoup de mes amies bretonnes ont ce prénom...aurais-tu des origines bretonnes ? Je suis curieuse tout de même......
Mille mercis et gros bisous. Lysiane

Feu Follet

Age : 62
Localisation : ARZON
Humeur : à chaque jour suffit sa peine, toujours positive, ne pas baisser les bras
Date d'inscription : 11/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

déodorants ?

Message  verochartres**** le Jeu 21 Jan 2010 - 12:23

On nous informe, on nous désinforme, j'ai traqué (comme vous) la composition des antitranspirants et autres déodorants, acheté des produits hors de prix, dans des magasins bio, pour trancher : hé bien, je n'en mettrai plus et toc !
Je ne m'en "sens" pas plus mal et n'ai eu à présent aucune plainte !!

Bisous à toutes !

Véro

verochartres****

Localisation : 28
Humeur : toujours Zebulon
Date d'inscription : 23/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Bonjour à toutes les deux

Message  gwen le Jeu 21 Jan 2010 - 11:47



voici un lien à lire


http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax_message.php?idArticle=849

De plus, je suis abonnée à une revue "médicale" Equilibre dont la rédactrice en chef et le docteur Karin Rhondia et il ya deux ou trois mois est paru un article expliquant que ce risque avait été évoqué comme une possibilité à étudieril y a plusieurs années et que toutes les études faites jusqu'à présent n'avaient abouti à aucune réponse affirmative!

Mon cancérologue avait lui aussi rejeté cette hypothèse

et force est bien de constater que c'est devenu un argument commercial ...

J'ai lu, (il faudait que je vérifie) que la fameuse pierre d'alun contient elle aussi des sels d'aluminium.

Je continue ma recherche d'informations et vous tiendrai au courant si je trouve quelque chose de plus que ce qui précède.

Bizzzz
Gwen

gwen

Age : 83
Localisation : province de Liège en Belgique
Date d'inscription : 09/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Coucou Famy

Message  Feu Follet le Jeu 21 Jan 2010 - 10:23


J'avais lu effectivement des articles à propos des antitranspirants où ils parlaient de ce chlorhydrate d'aluminium et de la relation avec le cancer du sein...
Quelques temps plus tard, d'autres articles disaient qu'il n'existe aucun lien entre ces antitranspirants et le cancer du sein....
Alors, tout cela fait poser des questions évidemment, aurons-nous une réponse ??? sûre et affirmative, cela m'intéresse puisque j'utilise un antitranspirant depuis longtemps, mais j'ai du mal à changer cette habitude.
Merci pour l'information, je te fais de gros, gros bisous. Lysiane

Feu Follet

Age : 62
Localisation : ARZON
Humeur : à chaque jour suffit sa peine, toujours positive, ne pas baisser les bras
Date d'inscription : 11/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

chlorhydrate d'aluminium.

Message  famy43 le Mer 20 Jan 2010 - 16:45

Je tenais à vous faire lire ceci!

Le chlorhydrate d'aluminium serait la cause de très nombreux cancers du
sein.
Il s'agit de l'explication d'une des origines du cancer du sein.
C'est une spécialiste en biologie cellulaire qui l'a écrit, Mme Gabriela
> > >Casanova Larrosa de l'université d'Uruguay :
> > >
> > >" Ca ne fait pas longtemps que j'ai assiste a un séminaire sur le cancer du
> > >sein. Pendant la période de questions-reponses, j'ai demandé pourquoi
> > >l'aisselle est la place la plus commune pour développer le cancer du sein.
> > >
> > >Ma question n'a pas eu de réponse alors, mais je viens de recevoir un
> > >courrier ou j'ai trouvé la réponse à ma question, que je veux partager avec
> > >vous tous et toutes,
> > >La cause principale pour le cancer du sein est l'utilisation
> > >d'ANTITRANSPIRANTS. La plupart des produits sur le marche sont une
> > >combinaison d'anti-transpirants et déodorants.
> > >Les deodorants sont inoffensifs.

Regardez, s.v.p. la composition de vos produits à la maison.
> > >S'il y en a qui contiennent chlorhydrate d'aluminium (meme sous le nom de
> > >deodorants)
> > >il faut les jeter a la poubelle et essayer des autres marques qui n'ont pas
> > >de composants sur base d'aluminium.
> > >
> > >Il y en a sur le marché. La raison est simple. Le corps humain a seulement
> > >quelques zones susceptibles d'éliminer des toxines : derrière les genoux,
> > >derrière les oreilles, l'entrejambe et les aisselles. Les toxines sont
> > >éliminées sous forme de transpiration.
> > >
> > >Les anti-transpirants empêchent cette transpiration, donc évitent la
> > >mission corporelle d'élimination de toxines au travers des aisselles.
> > >
> > >Ces toxines ne disparaissent pas. Elles sont stockées dans les glandes
> > >lymphatiques qui se trouvent en dessous des bras. La plupart des cancers de
> > >sein sont origines dans cette région supérieure du sein.
> > >
> > >Les hommes sont moins susceptibles de developper ce type de maladie car
> > >meme s'ils utilisent les anti-transpirants, ceux-ci restent sur les poils des
> > >aisselles et ne s'appliquent pas directement sur la peau.
> > >
> > >Les femmes qui s'appliquent ce produit tout de suite apres le rasage sont
> > >entrain d'accroïtre le risque car les petites blessures causées par le rasage
> > >font que les produits chimiques pénétrent plus facilement dans le corps.
> > >
> > >S.v.p., informez toutes les femmes et tous les hommes que vous connaissez.
> > >
> > >Le cancer de sein prend aujourd'hui des proportions vraiment alarmantes.
> > >Si avec cette notice nous pouvons en eviter quelques-uns, ça ne sera jamais
> > >du temps perdu.

famy43

Humeur : j'essaye d'etre détachée!;-) pas évident mais j'essaye!
Date d'inscription : 04/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: chlorhydrate d'aluminium.

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum