France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Message  Invité le Jeu 10 Juin 2010 - 16:02

Au programme du Magazine de la santé (13 h 40)
ou
de Allô docteurs(14 h 35)

- le jeudi 17 juin 2010 -

Émissions présentées par Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Merci Nanon

Message  Feu Follet le Ven 11 Juin 2010 - 12:24



Merci Nanon pour ces informations.
Gros bisous.
Lysiane

Feu Follet

Age : 62
Localisation : ARZON
Humeur : à chaque jour suffit sa peine, toujours positive, ne pas baisser les bras
Date d'inscription : 11/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

de rien...

Message  Invité le Ven 11 Juin 2010 - 17:46

de rien Mesdames !

Je suis très souvent aux rendez vous
Ce sont des émissions très intéressantes
Et cela me permet de rester à la page
Même si quelque fois,
il m'arrive de piquer un petit " roupillon " affraid scratch
Bien sûr après je m'en veux...Mais comme tu dis, Tatie, on peut la revoir sur Internet


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- "Le magazine de la santé" : Moral et guérison

Message  Invité le Ven 18 Juin 2010 - 8:01

- "Le magazine de la santé" : Moral et guérison (dopié/collé)

Aujourd'hui, outre les traitements, la prise en charge des patients atteints de maladies graves passe de plus en plus par un soutien psychologique. L'impact de leur moral sur leur santé serait déterminant.

Il n'est pas prouvé qu'un patient qui a le moral a plus de chances de guérir de sa maladie. En revanche, des études ont montré que cela lui permet de se montrer plus "compliant". C'est-à-dire qu'il suit plus consciencieusement son traitement, ce qui, bien sûr, est un élément clé du succès thérapeutique.

Prouvé ou non, le lien entre moral et guérison est suffisamment fort pour que les services tentent par tous les moyens de faire oublier le quotidien de la maladie à leurs patients. Dans les hôpitaux, les initiatives destinées à leur remonter le moral, souvent sous l'impulsion d'associations, fleurissent.

Ainsi la musique, le dessin, le cinéma ou encore les clowns s'invitent souvent dans les services de pédiatrie. Les adultes aussi ont droit à leur moment d'évasion. En cancérologie, par exemple, les ateliers de maquillage ou de massage sont de plus en plus présents.

Certains malades trouvent aussi ce soutien psychologique en dehors de l'hôpital. Ils s'investissent dans une activité, pour donner un sens à leur vie et trouver le courage de combattre la maladie.

L'entourage du patient joue aussi un rôle déterminant pour l'aider à faire face à la maladie. Quant au médecin, il tient bien sûr une place très particulière : le patient lui donne toute sa confiance et compte sur lui pour parvenir à le guérir. Certains médecins n'ont pas toujours le temps de s'occuper des malades, d'autres sont parfois si investis que leur relation avec le patient est parfois difficile à gérer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L’impact psychologique du cancer

Message  Invité le Ven 18 Juin 2010 - 8:14

Emission du 17 juin : Allo Docteurs

Voir la vidéo :
http://www.france5.fr/allo-docteurs/index-fr.php?page=player&id_article=731

Invitées :
# Dr Sylvie Dolbeault, chef du service Psycho-oncologie à l’Institut Curie de Paris ;
# Andrée Greusard.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mieux évaluer l'annonce pour l'améliorer

Message  Invité le Ven 18 Juin 2010 - 8:25

bonjour-docteur

L'annonce d'une maladie grave est toujours un moment difficile. Mais si le médecin est maladroit, trop brutal ou manque de psychologie, cette situation douloureuse peut se transformer en véritable drame. Comment trouver les bons mots ? Quel est le bon moment pour cette annonce ? Faut-il tout dire au malade ?

Des phrases de médecins maladroits, lourdes de conséquences…

Voir et écoutez la vidéo :

http://www.bonjour-docteur.com/actualite-sante-l-annonce-du-diagnostic-l-amorce-de-la-guerison-1613.asp?1=1&IdBloc=2

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Manque de psychologie de la part de certains médecins.

Message  Juliette le Ven 18 Juin 2010 - 12:56

Voilà ce que je voulais écrire sur ce lien...Mais, au moment de poster, je me suis aperçue que je n'avais pas de compte...Pas envie de m'inscrire...Partout, il faut s'inscrire..

Un matin, en me lavant, j'ai senti une boule...
Je vais passer une mammographie..
J'arrive, accompagnée de mon mari...
Je passe ma mammo, espérant, contre tout espoir, n'avoir qu'un kyste..
Quelqu'un revient, me fait une 2e mammo..
Ensuite, j'attends, j'attends, dans la pénombre..
Une nana arrive, me dit qu'il faut qu'on me fasse une ponction..
Je panique...On me fait entrer dans une minuscule pièce..
J'attends, attends..Arrive le médecin...
Ni bonjour, ni merde..
- Si vous ne voulez pas que je vous fasse cette ponction, tant pis pour vous..On vous la fera à l'hôpital...Ce sera juste reculer..
J'accepte....comme prise au piège..
Le médecin m'enfonce une aiguille fine dans le sein..Pas douloureux..Moi, qui détestais les piqûres et me trouvais mal à chaque fois, j'étais servie..
Je pleure doucement..L'infirmière m'adresse un petit sourire..Toujours silence radio du côté du médecin...Il fixe son écran...
Ensuite, on me dit de me rhabiller et d'attendre dans la salle d'attente..
La salle d'attente est bondée...Je pleure toujours silencieusement..Aucune résistance de ma part...J'étais estomaquée...

On me demande d'aller dans le cabinet du médecin, cette fois-ci accompagnée de mon mari..
Juste ces quelques mots..
- Il faudra vous faire enlever "CA"...Rien d'autre...Nous sommes sortis, sans un mot..
En réglant la facture, je pleurais toujours...Une infirmière, enfin, une employée, m'a embrassée, compatissante...
Je n'ai plus jamais remis les pieds dans ce cabinet, situé à côté du cabinet du Maréchal....
Des médecins de cet acabit, il faudrait les fusiller pour "non assistance à personne malade ou pour traumatisme mental"...
J'ai dû être traumatisée à vie, car, depuis, jamais plus ma vie n'a été pareille....Faut croire que mon compagnon a été lui-aussi traumatisé...car, tel le titanic, nous sombrons, sombrons...

Je lance mon appel du 18 juin....de Vichy....un beau pied de nez à l 'histoire :
- help, help...Y'a-t-il un médecin sur le bateau !...Y-a-t-il une planche de salut quelque part pour m'agripper ? Dois-je partir pour Londres combattre mes démons ?

Juliette

Age : 63
Localisation : france
Humeur : Ca va, ça vient..
Date d'inscription : 30/10/2008

http://juliette03.over-blog.org

Revenir en haut Aller en bas

Votre avis m'aidera.

Message  valdoisienne le Ven 18 Juin 2010 - 21:22

Very Happy Bonsoir,

Je viens vous lire tous les jours, mais je poste rarement.
J'aurai besoin de vos lumières.
J'ai eu un cancer du sein droit en 2006 -tumorectomie, mastectomie- puis mastectomie gauche à ma demande. Traitement Arimidex depuis 01/07.
Depuis 05/08 je suis en chantier pour une double reconstruction doublement ratée !
Cerise sur le gâteau, je suis infirmière. Visite médicale lundi dernier en vue d'une reprise de travail .... sinon je ne suis plus payée ( 4 ans 1/2 arrêt).
Et là, la dame me parle de ne plus porter de charges lourdes, pas de risques infectieux ...... et pas de contact avec le public : bref, un joli placard !
Le coup de massue passé, j'ai réfléchi et je vais demander si un poste d'infirmière en "consultation d'annonce" ne peut pas être crée.
Pourriez vous me dire ce que vous avez ressenti, si cette consultation avec l'infirmière doit se passer rapidement ou à distance de l'annonce ?
Il me semble que l'annonce devrait se faire le matin et non dans l'après-midi voire en soirée et du lundi au jeudi. Ceci, afin d'éviter le sentiment d'abandon ( la nuit et le we).
Après bien sûr, explication des traitements.... des effets secondaires possibles, organisation des démarches, des aides ....avec un numéro d'appel/mail afin de rester le plus possible rassurante et disponible. (sans toutefois m'oublier ....!)
J'aimerai avoir votre opinion.
Je vous remercie.
Bonne soirée.

Dominique. Very Happy

valdoisienne

Age : 59
Localisation : 95 - DOMONT
Date d'inscription : 12/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re : Votre avis m'aidera

Message  Invité le Ven 18 Juin 2010 - 23:28

Bonsoir Valdoisienne,

Bonne idée que cette réflexion quant à demander si un poste d'infirmière en "consultation d'annonce" ne peut pas être crée.
Le fait qu'il y ait un poste de créer, serait génial, et que se soit une infirmière ayant été concernée serait encore mieux.

Je pense que la consultation devrait se passer assez rapidement de l'annonce.
Éviter le sentiment d'abandon (nuit et we) serait important.
Bien sûr, cela demande une organisation voire une réorganisation, parce que la plupart du temps les consultations des médecins, chirurgiens sont les am...
Mais déjà éviter l'annonce le vendredi am, laissant les patient(es) isolé(es) avec leur coup de massue le we.

Voilà mon petit avis de nuit !

aussi...



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Message  valdoisienne le Sam 19 Juin 2010 - 11:13

Bonjour Nanon,

Merci pour ta réponse.
Il faut essayer de bouger les habitudes.
C'est vrai que le matin est plutôt réservé au bloc opératoire....

Bonne journée.

Dominique.
Very Happy

valdoisienne

Age : 59
Localisation : 95 - DOMONT
Date d'inscription : 12/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Message  Invité le Ven 3 Fév 2012 - 6:49

Je navigue sur le site et je vois vos messages concernant l'annonce de la maladie et la prise en charge par les services. Moi je voudrais parler de l'hôpital où j'ai été traité en 2005 et où je suis encore traitée depuis. Pour l'annonce le coup de massue inutile de revenir dessus, à ma première visite à l'oncologue, je savais que j'avais un cancer puisque l'analyse a été faite pendant l'opération directement, seul le stade m'était inconnu. 10 jours après l'opération, c'est avec une angoisse (que vous connaissez toutes) que je m'y suis rendue avec ma soeur car mon mari était en déplacement. J'ai cru que j'allais vomir face à l'oncologue surtout qu'il avait le nez dans mon dossier et les minutes me semblaient des heures, sentant mon angoisse, il me dit : respirez comme les sportives par le ventre ! du tac au tac je lui répond : que je ne suis pas sportive pour deux ronds, alors respirer comme eux ça va être dur (en fait plus sportive que moi tu meurts ...... rire), Bon je passe les détails, le plus gros coup a été le stade : 3 et quand il a rajouté : heureusement que vous avez fait quelque chose car à la fin de l'année vous n'êtiez plus là ! (nous étions en août), aujourd'hui je pense que c'était peut être pas utile de me le dire, mais bon c'était pour montrer l'importance et peut être accepter direct le traitement de chimio et tout le tralala. Pour la prise en charge cela n'a pas trainé, l'infirmière en chef du service d'oncologie qui était présente à l'entretien m'a dit : après votre entretien avec le Dr COSCAS (mon oncologue) nous allons aller toutes les trois (oui ma soeur était là) dans le service chimio et je vais tout vous expliquer. Ce qui fût fait ! bon je la suivais en me disant que j'allais à l'abattoir, le service était fermé car il ferme tôt l'après midi, nous nous sommes installés, et pendant 45 minutes elle m'a tout expliqué, j'avoue que j'imprimais pas tout, heureusement ma soeur retenait des trucs, moi j'observais le lieu qui me deviendrait familier par la suite. Rien n'a été occulté, les mauvais moments à passer, comment les choses se déroulent etc... et ce que j'ai trouvé génial et ça, ça m'a bien aider par la suite, même si le premier jour j'étais paniqué à la lecture, c'est un petit livret que les infirmières du service ont édité pour les patients, avec tout dedans, conseils pratiques, effets secondaires, a faire ou a contacter en cas de problème suite à la chimio, numéro a appeler, petites astuces pour supporter au mieux le traitement, les horaires ou nous pouvions joindre directement le service avec un numéro ou ça répond direct, enfin un petit livret qui tient dans la main mais d'une grande utilité et il m'a bien servi. A ce moment là je sais pas pourquoi je me suis sentie prise en charge. J'ai trouvé une grande humanité déjà dans cette femme chef du service, qui d'ailleurs est partie en retraite il y a 3 ans et le temps m'a donné raison car elle m'a toujours conseiller, aidé ou tout simplement trouver les mots, pour moi et tous les malades, je pense que son humanité était aussi grande vis à vis de cette maladie, car pendant ma première maladie sa soeur était elle-même atteinte d'un cancer du sein, et malheureusement elle est décédée quelques mois après mon début de traitement. Son sentiment d'impuissance a été grand, elle qui soignait tous les jours des personnes atteintes et sa soeur (qui n'était pas traité dans le même hôpital) pour laquelle malgré toute la compassion qu'elle avait rien n'avait pû la sauver. Toute l'équipe du service avait un bon relationnel avec les malades, car par son énergie, sa gentillesse etc... elle boostait son équipe. A travers ce message c'est un peu un homage que je lui rends car des personnes comme celles-là nous en avons bien besoin dans le parcours difficile du traitement. Mon oncologue vient deux fois par semaine à cet hôpital car lui il est Boulogne près de Paris, ce n'est pas un grand établissement, c'est un hosto de ville moyenne (car je voulais pas, ma maman avait été traité dans les années 1970 à Saint Cloud en région parisienne, endroit réputait depuis des décennies, elle est décédée j'avais 13 ans, car à l'époque les traitements n'était pas ce qu'ils sont aujourd'hui) mais je voulais pas "l'usine". Je n'ai pas regretté mon choix de cet endroit, ni de l'oncologue aussi. Il est important de prendre en charge le patient dès l'annonce c'est une priorité je trouve, bien sur que les médecins ne sont pas "dieu" que les infirmières ne sont pas des "saintes" etc... mais se sentir prise en charge face à cela et à ce qui vous attend, est pour moi capital. Voilà je voulais à travers ce message dire qu'il y a des endroits où cela se passe de cette façon. bises à toutes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Message  Invité le Ven 3 Fév 2012 - 10:46

bonjour innocente,

tu écris
surtout qu'il avait le nez dans mon dossier et les minutes me semblaient des heures
sauf que moi, le chirurgien avait la tête tourné vers son http://s13.rimg et nous tournait le dos ! wouii,
tout ton parcours me rappelle le mien !
J'espère que la nouvelle génération d'infirmières ou autres ,sera encore et toujours à notre écoute ? ce qui est moins certain, puisque manque de personnel et tout koi!

porte toi bien
bonne journée
bisous amitieux

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Message  Invité le Ven 3 Fév 2012 - 21:17

Oui comme tu dis titlutin, j'espère que la nouvelle génération serait idem, mais honnêtement j'en doute ! non pas que je sois pessimiste ou que je crois pas à la jeunesse, non pas du tout, j'ai une fille de 28 ans et elle est admirable et beaucoup de ses amies aussi, mais bon les conditions de travail sont pas faciles, et comme tu dis avec le manque de personnel ça va pas être simple dans les années à venir. Je trouve que l'on perd beaucoup au niveau humanité, l'humain est de plus en plus individualiste et dans certains métiers comme celui d'infirmière et dans des services aussi durs que la cancérologie, les soins paliatifs, la gériatrie etc... il faut être vraiment motivé ! mais bon moi j'ai rencontré des personnes très bien au niveau médical, et d'autres très "cons" désolée du terme, mais parfois y en a pas d'autres (rire). J'ai souris en lisant que le tien de médecin te tourner le dos, il est vrai que parfois on se sent : comme dans la cinquième dimension ! c'est une de mes phrases que je dis quand je suis dépassée par les évènements ou interloquée par quelque chose ou quelqu'un (rire). Et l'annonce d'un cancer (ou autres maladies mortelles) et de ses suites est la "cinquième dimension" pour celui ou celle qui le vit ! bises titlutin et porte toi bien aussi, a bientôt

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: France5 - L'impact psychologique du cancer

Message  Invité le Sam 4 Fév 2012 - 9:15

Innocente, ton long message d'hier m'a bien fait Laughing, tu as une façon de relater qui porte à rire...(donc bonne séance de rigolothérapie).

Titlutin à écrit
J'espère que la nouvelle génération d'infirmières ou autres ,sera encore et toujours à notre écoute ? ce qui est moins certain, puisque manque de personnel et tout koi!
Depuis quelques années des progrès ont été fait...progrès techniques comme dans la prise en charge...mais malheureusement ce sont les conditions de travail qui ne sont pas faciles, qui se dégradent, avec manque de personnel et cela engendre une mauvaise ambiance, du personnel fatigué, qui fait un nombre d'heures de travail (dans beaucoup de services) harassantes, ce qui n'est pas franchement excellent pour garder un personnel motivé, tout au long de sa carrière...
Ce n'est plus l'esprit d'équipe comme dans le temps...

Bises à toutes les deux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: France5 - L'impact psychologique du cancer - le 17 juin 2010

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum