LE POINT SUR LES IMPLANTS MAMMAIRES PIP

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

PIP : toutes les victimes ne pourront pas poursuivre Jean-Claude Mas

Message  Invité le Ven 27 Jan 2012 - 16:25



PIP : toutes les victimes ne pourront pas poursuivre Jean-Claude Mas
le Vendredi 27 Janvier 2012 à 12:00

La juge d’instruction chargée de l’enquête sur les prothèses non-conformes envisage de traiter séparément les dossiers des patientes. Seules celles dont les implants ont rompu pourraient s’associer aux poursuites pour blessures involontaires. Les représentants des victimes s’insurgent.


"On ne sait pas quelles seront les conséquences dans l'avenir"
Philippe Courtois défend plusieurs centaines femmes qui portent ou ont porté des prothèses PIP Cliquez ici > http://www.franceinfo.fr/justice/pip-toutes-les-victimes-ne-pourront-pas-poursuivre-jean-claude-mas-510665-2012-01-27#

Y aura-t-il deux sortes de victimes de PIP : les femmes qui souffrent de conséquences physiques, et les autres ? Seules les premières pourraient se porter parties civiles dans le dossier ouvert pour blessures et homicides involontaires, selon les instructions de la juge Annaïck Le Goff, du pôle santé de Marseille. Les autres victimes pourraient toujours s’associer aux poursuites pour tromperie, déjà engagées.

"C’est une discrimination de séparer les deux", s’indigne Philippe Courtois, avocat d’une partie des victimes. Il voit dans cette distinction une volonté "soit d’alléger le dossier d’instruction, soit de considérer que la qualification de blessures involontaires exclut les blessures psychologiques".


Faute de certitudes

Jean-Claude Mas, le fondateur de PIP, a admis avoir utilisé un gel non conforme pour la fabrication de ses prothèses. Mais il nie qu'elles soient plus dangereuses que celles de la concurrence.

L'Autorité française de sécurité sanitaire des produits de santé recense 20 cas de cancer chez des femmes porteuses de prothèses PIP. Insuffisant pour établir un lien, selon les autorités sanitaires, au regard du nombre de femmes concernées en France - estimé à 30.000.

Le gouvernement recommande le retrait des implants PIP, mais il réserve le remboursement de la pose de nouvelles prothèses aux patientes opérées dans le cadre de la chirurgie reconstructrice.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : Jean-Claude Mas mis en examen pour "blessures involontaires"

Message  Invité le Ven 27 Jan 2012 - 16:18



Prothèses PIP : Jean-Claude Mas mis en examen pour "blessures involontaires"
le Vendredi 27 Janvier 2012 à 00:20

Le fondateur de la société de prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse), Jean-Claude Mas, au cœur d'un scandale sanitaire mondial, a été mis en examen vendredi à Marseille pour "blessures involontaires" seulement. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

La stratégie de défense de Jean-Claude Mas
Reportage de Delphine Gotchaux la nuit dernière à la sortie du tribunal. Cliquez ici > http://www.franceinfo.fr/justice/protheses-pip-jean-claude-mas-mis-en-examen-pour-blessures-involontaires-510335-2012-01-27#


Jean-Claude Mas, le patron de l'entreprise PIP, qui a diffusé au moins 300.000 prothèses mammaires présumées dangereuses dans le monde, est ressorti libre de sa garde à vue. Libre, mais lesté d'une mise en examen pour blessures involontaires. Il devra aussi s'acquitter d'une caution de 100.000 euros, ne devra pas quitter le territoire français et ne devra pas rencontrer ses anciens salariés.

Témoin assisté, un cran en-dessous

"La sérénité doit revenir dans cette affaire. Nous sommes satisfaits que M. Mas ait pu s'expliquer devant le juge. C'est un soulagement pour lui", a déclaré son conseil, Me Yves Haddad. L'avocat peut être satisfait, car le motif de la mise en examen est un cran en-dessous de l'instruction, ouverte le 8 décembre pour "blessures et homicides involontaires".

De source proche de l'enquête, on indique que la magistrate ne l'a pas mis en examen du chef d'homicide involontaire car "on ne peut pour l'instant démontrer un lien de causalité" entre la rupture des implants mammaires et le décès de plusieurs porteuses de prothèses PIP. Ce que confirme Me Haddad.

L'ex-président du directoire de la société, Claude Couty, a également été placé en garde à vue et devait être présenté au juge pour une probable mise en examen.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : Jean-Claude Mas placé en garde à vue

Message  Invité le Ven 27 Jan 2012 - 16:00



Prothèses PIP : Jean-Claude Mas placé en garde à vue
le Jeudi 26 Janvier 2012 à 07:17

Le fondateur de la société de prothèses mammaires PIP a été arrêté ce matin dans le Var et placé en garde à vue. L'ancien n°2 de PIP a aussi été interpellé. Une information judiciaire pour homicide et blessures involontaires est ouverte à Marseille.


Jean-Claude Mas a été interpellé ce matin au domicile de sa compagne à Six-Fours, dans le Var. Une commune voisine de la Seyne-sur-mer, où il avait fondé PIP. Il a ensuite été placé en garde à vue. L'ancien président du directoire de la société, Claude Couty, a aussi été arrêté.

En France, 20 cas de cancers, dont 16 du sein, ont été enregistrés chez des porteuses d'implants PIP, sans qu'un lien de causalité ne puisse être établi avec certitude.

L'entrepreneur a admis avoir produit un gel de silicone pour prothèses mammaires non réglementaire, mais selon lui sans danger. "Je savais que ce gel n'était pas homologué, mais je l'ai sciemment fait car le gel PIP était moins cher et de bien meilleure qualité", a expliqué Jean-Claude Mas aux gendarmes, en novembre 2010.


Deux enquêtes distinctes

L'entrepreneur a déjà été entendu dans le cadre d'une enquête préliminaire qui devrait donner lieu à un procès correctionnel en octobre 2012.

Le second volet, ouvert en décembre 2011, est une "information judiciaire pour homicide et blessures involontaires", confiée à la juge d'instruction Annaïck Le Goff du pôle santé de Marseille. C'est dans ce cadre que le fondateur de PIP a été interpellé ce matin.

Ce volet s'annonce particulièrement long, avec une bataille d'experts autour de chaque cas individuel. Les autorités françaises ont recommandé aux 30.000 femmes concernées de se faire retirer ces implants. De 400.000 à 500.000 femmes seraient porteuses d'implants PIP dans le monde.

http://www.franceinfo.fr/justice/protheses-pip-jean-claude-mas-place-en-garde-a-vue-509227-2012-01-26


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Scandale des Prothèses PIP : chute de la demande de reconstructions mammaires

Message  Invité le Dim 22 Jan 2012 - 22:05



Scandale des prothèses PIP : chute de la demande de reconstructions mammaires
le Samedi 21 Janvier 2012 à 07:02

C'est un effet collatéral et inattendu de l'affaire des prothèses PIP. Sur les 20.000 femmes qui subissent chaque année en France une ablation du sein pour cause de cancer, un tiers souhaitait une reconstruction mammaire. Depuis que le scandale a éclaté, cette proportion est en chute.

Effet collatéral de l'affaire des prothèses, chute de la demande de reconstruction, reportage signé Bruno Rougier :
http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/scandale-des-protheses-pip-chute-de-la-demande-de-reconstructions-mammaires-504729-2012-01-21#

Le cancérologue Rémy Salmon parle d'une demande de reconstruction "très faible", il décrit des "femmes très hésitantes. Il y a vraiment une espèce de psychose autour des prothèses".

Mais selon la Ligue nationale contre le Cancer, "être inquiet n'a pas de réalité scientifique aujourd'hui. La perte de confiance est compréhensible. Mais tous les implants ne sont pas fabriqués comme la société PIP le faisait."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : les chirurgiens ne savent pas par quoi les remplacer

Message  Invité le Mar 17 Jan 2012 - 7:55

Prothèses PIP : les chirurgiens ne savent pas par quoi les remplacer [exclusif]

le Monday 16 Janvier 2012 à 21:57

Le dossier des prothèses PIP continue à faire des vagues. Beaucoup de chirurgiens ont en effet commencé à enlever les implants déficients PIP, mais le problème est qu'ils n'ont reçu aucune consigne claire pour savoir par quoi les remplacer...



Tous les chirurgiens le disent, il faut explanter les 30.000 femmes qui ont reçu des prothèses PIP car celles-ci sont réellement déficientes. Toute la question est de savoir par quoi les remplacer.

En France, neuf sociétés vendent des prothèses mammaires à base de silicone. Sont-elles totalement fiables ? Le professeur Maurice Mimoun, chirurgien esthétique à l'hôpital Saint-Louis, à Paris, aimerait bien une réponse claire.

Mais l'Afssaps refuse de de faire un classement des prothèses. Ce n'est pas notre rôle, dit-on à l'agence, qui assure cependant que les analyses effectuées depuis quelques semaines n'ont rien révélé de grave. Toutes les prothèses en vente sur le marché ont été vérifiées, affirme-t-elle.

L'Agence précise que l'ensemble des analyses effectuées auprès des sociétés qui commercialisent des implants en France seront publiées à la fin du mois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

IMPLANTS MAMMAIRES PIP : LA LIGUE S'ENGAGE POUR LES VICTIMES

Message  Invité le Lun 16 Jan 2012 - 10:02




IMPLANTS MAMMAIRES PIP : LA LIGUE S'ENGAGE POUR LES VICTIMES
Article modifié le 06/01/2012



La Ligue s’engage dans l’aide et la défense des victimes des implants mammaires PIP.

Paris, le 6 janvier 2012 – Au nom des milliers de femmes porteuses d’implants mammaires PIP touchées par un cancer, la Ligue contre le cancer, dans son rôle de défenseur des personnes malades, va débloquer un fonds d’urgence, se mobiliser pour l’aide et la défense concrète des victimes et va engager également une action en justice. Elle déploie par ailleurs un réseau de vigilance avancée. Des mesures fortes à la hauteur du préjudice causé !

La Ligue va mener une action en justice au nom des victimes

La Ligue va porter plainte pour placer sur la scène judiciaire la parole des victimes et garantir une juste indemnisation des préjudices subis.

Les associations spécialisées (pour les femmes ayant ou ayant eu un cancer du sein) Europa Donna et Vivre comme avant s’unissent à la Ligue contre le cancer dans cette action.

La Ligue contre le cancer débloque un premier fonds d’urgence de 50 000 €

Ce fonds servira prioritairement et dans un 1er temps :

- au soutien psychologique, social et matériel des femmes concernées et plus particulièrement celles se trouvant en situation de détresse tant psychologique qu’économique ;
- à l’accompagnement juridique des victimes par l’intermédiaire d’une cellule spécifiquement dédiée.

Les demandes d’aides et d’assistances transiteront par la Ligue (son dispositif de téléphonie sociale (0810 111 101) permettant l’accès à des psychologues ou à des juristes et ses 103 Comités départementaux). Ce dispositif complet sera opérationnel dès le lundi 9 janvier.

________________________________________________________________________________________

« Imaginer qu’à cause des conséquences financières ou matérielles, une femme concernée soit amenée à renoncer à se faire retirer cet implant dans de bonnes conditions est inacceptable pour la Ligue. Toutes les victimes doivent pouvoir être parfaitement prises en charge sans aucun coût direct ou indirect pour elles. Parmi les 20% de femmes ayant eu des implants PIP à la suite d’un cancer, nombreuses sont celles issues de milieux populaires ou fragiles. Les conséquences de cette affaire sont énormes et le préjudice est incommensurable. Il est du devoir de la Ligue de réagir pour aider les victimes et leurs proches. Dans le même temps, nous engagerons une action en justice afin de faire entendre la voix des victimes. Nous organisons également un réseau de vigilance performant et indépendant. Cette vigilance permettra aussi de garantir le coût 0 pour les victimes. » déclare Gilbert Lenoir – président de la Ligue contre le cancer.

__________________________________________________________________________________________


La Ligue appelle à l’exemplarité de la prise en charge des victimes

une prise en charge optimale par les professionnels de santé

- reconstruction dans les meilleures conditions à la suite d’un cancer
- aucun dépassement d’honoraire
- une prise en charge financière intégrale des frais directs ou indirects
- aucune avance de frais par les patientes
- le cas échéant, les nouveaux implants devant répondre aux meilleures normes de sécurité sans aucun surcoût pour les personnes

la modification de la réglementation

La Ligue contre le cancer vérifiera que la modification des normes de sécurité françaises et européennes des matériaux utilisés pour les implants, quelle que soit la marque de fabrication, sera effective dans les meilleurs délais et accompagnée des procédures et corps de contrôle nécessaires.


La Ligue contre le cancer crée un dispositif de surveillance renforcée
__________________________________________________________________________________________
La Ligue contre le cancer sera vigilante et veillera à ce que toutes les dispositions soient prises pour que les droits des victimes porteuses d’implants mammaires PIP soient assurés. Pour assurer cette veille et renforcer sa vigilance :

- la Ligue mobilise ses 103 Comités départementaux sur tout le territoire. Une procédure de signalement des incidents, problèmes, abus… est mise en place.

- Elle est renforcée par la possibilité de recueil et d’enquête au niveau national à partir du numéro azur 0810 111 101 ou sur le site internet de la Ligue www.ligue-cancer.net ou sur facebook : http://facebook.com/laliguecontrelecancer
__________________________________________________________________________________________

Par ailleurs, la Ligue va contacter ses partenaires membres de l’European Cancer Leagues (ECL) et de l’Union internationale contre le cancer (UICC) afin que les associations de lutte contre le cancer puissent coordonner leurs actions au niveau international.

Pour plus d'informations, envoyez votre question à implantspip@ligue-cancer.net


Télécharger le communiqué de presse "Implants mammaires PIP La Ligue s’engage dans l’aide et la défense des victimes " http://www.ligue-cancer.net/article/download/11706

Lire l'article "Cancer du sein et prothèses mammaires de marque PIP" http://www.ligue-cancer.net/article/8308_cancer-du-sein-et-protheses-mammaires-de-marque-pip

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LE POINT SUR LES IMPLANTS MAMMAIRES PIP : EUROPA DONNA

Message  Invité le Dim 15 Jan 2012 - 10:58




Implants mammaires PIP : Actualisation des données d'incidents déclarés

Dans le cadre du comité de suivi des femmes porteuses de prothèses mammaires PIP mis en place, mi-décembre 2011, par le ministère de la santé, il a été décidé de mettre à disposition sur le site de l'Afssaps les données de surveillance. Ces données de surveillance sont actualisées 2 fois par mois.

A la date du 28 décembre 2011, les données actualisées de matériovigilance indiquent 1 143 ruptures de prothèses et 495 réactions inflammatoires avec ou sans perspiration du gel à travers l'enveloppe. De plus, 20 cas de cancers ont été rapportés chez des femmes porteuses d'implants.

672 explantations préventives effectuées à la demande de la patiente ont été déclarées à l'Afssaps, dont 23 ruptures et 14 perspirations découvertes à l'explantation.

L'Afssaps précise que l'actualisation de ces données ne remet pas en cause les conclusions du groupe d'experts de l'Inca…. Le nombre de cancers du sein à ce jour rapporté chez les femmes porteuses d'implants PIP reste inférieur au taux observé dans la population générale

Pour lire ce communiqué de presse dans son intégralité, cliquez ici http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Communiques-Points-presse/Actualisation-des-donnees-d-incidents-declares-chez-les-femmes-porteuses-d-implants-mammaires-en-gel-de-silicone-PIP-Communique

La synthèse des données est consultable en ligne : Téléchargement http://www.afssaps.fr/content/download/37799/496818/version/3/file/synthese+incidents+PIP+28-12.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le Centre Léon Bérard de Lyon a bien utilisé des prothèses PIP

Message  Invité le Ven 13 Jan 2012 - 22:50






Le centre anti-cancer de Lyon a confirmé avoir utilisé les prothèses incriminées sur une soixantaine de patientes entre 2008 et 2010.
PIP était jusqu’en 2011 le fournisseur officiel des centres anti-cancéreux de France. Et le centre lyonnais qui se trouve à Grange-Blanche (8e arrondissement) en faisait partie, mais dans de faibles proportions. Dans un communiqué, le centre confirme avoir posé "une soixantaine de prothèses fabriquées par la société française Poly Implant Prothèse dans le cadre de reconstruction mammaire suite à un cancer du sein parmi les 450 prothèses effectuées entre 2008 et fin mars 2010." Le centre précise que ce type d’implant a été arrêté suite à la demande de retrait faite par l’Afssaps en mars 2010. Et il rappelle que ce sont les chirurgiens qui sont libres de choisir "le type de matériel prothétique qu’ils posent."
Toujours dans sa déclaration, le centre mondialement reconnu indique que les 60 patientes concernées ont toutes été contactées début avril 2010 et se sont vues proposer une éventuelle explantation. Une trentaine a déjà été opérée et l’autre moitié a de nouveau été contactée par le centre en novembre 2011, après le décès d’une femme porteuse de prothèses PIP. Le Centre Léon Bérard indique enfin qu’"aucun incident n’a été décelé chez les patientes prises en charge."

Rédigé par G.W. dans Santé le 05/01/2012 à 13h07

Laissez un commentaire :
http://www.mlyon.fr/55426-le-centre-leon-berard-de-lyon-a-bien-utilise-des-protheses-pip.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses défectueuses

Message  Invité le Ven 13 Jan 2012 - 16:11


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : Sarkozy promet la transparence

Message  Invité le Ven 13 Jan 2012 - 15:50



le 12 janvier 2012 à 08h50 , mis à jour le 12 janvier 2012 à 12h25

Dossier : http://lci.tf1.fr/protheses-mammaires-pip/

Nicolas Sarkozy a promis "la transparence la plus totale" dans l'affaire des prothèses mammaires de la société française PIP, dans une interview au Généraliste, hebdomadaire qui s'adresse aux médecins, à paraître le 13 janvier.


Après le retrait de ses prothèses PIP, Martine va bien mais elle ne sait toujours pas quels effets peut avoir le gel de silicone toujours dans son corps/Image d'archives © ABACA


Si les autorités sanitaires françaises ont recommandé aux porteuses d'implants mammaires de la société Poly Implant Prothèse de se les faire retirer, nombre de questions restent toujours en suspens dans ce dossier qui concerne des dizaines de milliers de femmes - environ 30.000 en France, et beaucoup plus à l'étranger. Combien de temps prendrait une telle opération, inédite, de retrait massif de prothèses ? Quel serait le délai considéré comme admissible, alors que les autorités sanitaires se veulent rassurantes à l'égard des patientes et insistent sur le fait qu'il ne s'agit pas là d'une mesure nécessairement urgente ? Quelle infrastructure devrait être mobilisée - combien de médecins, et dans quels locaux ? Surtout, quelle serait la prise en charge financière de l'opération - notamment pour les femmes qui voudraient se faire réimplanter d'autres prothèses ?

S'impliquant dans ce dossier, Nicolas Sarkozy promet " la transparence la plus totale " sur ce dossier, dans une interview au Généraliste, hebdomadaire qui s'adresse aux médecins, à paraître vendredi. Premier point : " nous sommes totalement déterminés à ce que toutes les responsabilités soient identifiées ", assure le chef de l’État. " C'est le sens des enquêtes qu'a demandées Xavier Bertrand et sur lesquelles nous ferons la transparence la plus totale ". Lui-même déjà en première ligne sur le dossier PIP, le ministre de la Santé affirme déjà à chacune de ses interventions sur ce thème que toutes les responsabilités seront établies.

Mexique : des implants " de bonne qualité " et " abordables"

Il est aujourd'hui admis que les prothèses de Poly Implant Prothèse étaient remplies d'un gel de silicone non médical, qui entraînait des risques accrus de fuite et de rupture. D'où ce commentaire de Nicolas Sarkozy dans le Généraliste : " il semble, à ce stade, que nous sommes en face d'une tromperie manifeste qui dépasse les frontières de notre pays. La justice est saisie ". Jean-Claude Mas http://lci.tf1.fr/biographies/m/jean-claude-mas-6910861.html, fondateur de PIP, dont l'entreprise produisait quelque 100.000 prothèses par an et fut un temps numéro trois mondial du secteur, a d'ores et déjà admis avoir produit un gel de silicone non homologué. Mais il a réfuté tout danger. En France, 20 cas de cancers, dont 16 du sein, ont été enregistrés chez des porteuses d'implants PIP http://lci.tf1.fr/infos/implants-pip/implants-pip-1.html , sans qu'un lien de causalité ne soit établi.

La mention par le chef de l'Etat d'un problème " qui dépasse les frontières de notre pays " devrait par ailleurs fortement intéresser nombre de patientes à l'étranger, puisque 84% des prothèses fabriquées en France par PIP, mise en liquidation en mars 2010, partaient à l'exportation, notamment en Amérique latine, en Espagne et au Royaume-Uni. De 400.000 à 500.000 femmes seraient porteuses d'implants PIP dans le monde. L'affaire commence à provoquer la mobilisation notamment en Amérique latine.

Des avocats représentant plusieurs centaines de femmes argentines réclament ainsi la création d'un fonds européen pour indemniser les femmes étrangères portant des prothèses PIP et qui ne peuvent être dédommagées dans leur pays. En effet, si le coût de l'explantation sera financé en France par l'assurance-maladie, dans de nombreux autres pays, dont l'Argentine, aucun dispositif financier n'est prévu. Mais dans d'autres pays, le sujet semble curieusement moins polémique : c'est ainsi que les 4500 porteuses mexicaines d'implants PIP ont été simplement invitées mercredi à effectuer des vérifications. Le président de l'association des chirurgiens esthétiques mexicains a avant tout estimé qu'il " n'y a pas lieu de céder à la panique ". Selon cette association, pour l'heure, dans le pays, il n'y a pas eu de conséquences graves constatées : " Nous n'avons eu aucun rapport de cas de décès, de cancer, ou d'affections chez les patientes", alors que les implants PIP, "de bonne qualité et de prix abordable ", ont été utilisés au Mexique de 1994 à février 2010.


Un député propose d'interdire les prothèses au gel de silicone

Le député Gérard Bapt demande qu'un " retrait " des prothèses au gel de silicone soit débattu au niveau européen et d'envisager au moins leur "déremboursement en France" dans un courrier adressé au ministre de la Santé Xavier Bertrand, suite à l'affaire des implants PIP. "Le doute doit profiter au patient", explique-t-il à l'AFP en évoquant un possible "sur-risque" d'une forme très rare de lymphome du sein, signalé par les autorités sanitaires américaines (FDA). Le Dr Bapt, qui s'exprime "en tant que rapporteur spécial de la mission santé pour la commission des Finances", souligne dans sa lettre datée de jeudi "le niveau extraordinaire de la sous-notification par les chirurgiens et les entreprises" des ruptures de prothèses. Au vu de cette sous-déclaration, il estime nécessaire de déclencher " une mission d'enquête spécifique de l'Igas (inspection sanitaire et sociale) " car, écrit-il, " la seule notification légale systématique des cas de rupture aurait alerté beaucoup plus tôt l'Afssaps " (agence des produits de santé).

Pour réagir à ces articles veuillez cliquer ci-dessous :
http://lci.tf1.fr/science/sante/protheses-pip-sarkozy-promet-la-transparence-6930312.html#voir_commentaires

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP. Le témoignage d'une Bretonne

Message  Invité le Ven 13 Jan 2012 - 15:17

13 janvier 2012 à 11h02 - 1 réaction(s)

En Bretagne, selon l'Agence régionale de santé (ARS), 1.512 interventions chirurgicales ont été réalisées entre 2009 et 2010 pour la pose de prothèses mammaires. Mais l'ARS ne peut préciser combien de femmes portent des implants PIP (1). Viviane (2), 47 ans, en fait partie.

> Prothèses PIP. L'alerte avait été donnée dès 2006 par une clinique nantaise :
http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/protheses-pip-une-clinique-nantaise-avait-donne-l-alerte-des-2006-13-01-2012-1564173.php

C'est après une opération à cœur ouvert que Viviane a décidé de se faire implanter des prothèses mammaires. «Ma poitrine avait perdu beaucoup et elle ne regrossissait pas». L'intervention s'est déroulée en 2005. «Je n'ai jamais eu de problème et les mammographies que je fais régulièrement n'ont rien détecté d'anormal».

" Je ne savais pas que j'avais des PIP "
Viviane a donc été un peu surprise quand son chirurgien l'a appelée, il y a quelques semaines, pour lui dire qu'il faudrait envisager le remplacement de ses implants. « Il m'a dit que j'avais des PIP, je ne le savais pas. Je n'avais pas fait le lien avec cette affaire. Pour moi, ça ne pouvait pas être de telles prothèses. J'ai fait confiance à mon chirurgien. Pour lui, elles étaient de très bonne qualité». Viviane dit pourtant ne pas être très inquiète. Le chirurgien s'est montré rassurant. «Il m'a dit qu'il ne fallait pas s'alarmer mais que, vu tout ce que l'on entendait, il était préférable de les changer, histoire de me rassurer et de rassurer ma famille». «C'est surtout mon entourage qui s'inquiète. Moi, je ne suis pas vraiment stressée », observe Viviane qui trouve que les médias en font peut-être un petit peu beaucoup. « J'entends aussi beaucoup de choses autour de moi. Certains me disent que c'est la faute du chirurgien, qu'il devait savoir ce qu’il mettait ».

" Contente quand ça sera fini "
Difficile, pourtant, pour Viviane de ne pas se poser quelques questions. «J'aimerais bien quand même que l'on me dise ce qu'il y a exactement dans ces prothèses». Viviane pourrait ne pas se faire reposer de nouveaux implants. «Certains me disent que je n'ai qu'à rester avec des petits seins. Mais je ne me vois pas redevenir comme avant. C'est aussi mon image». Dans un mois, Viviane retournera en salle d'opération. Une intervention relativement bénigne qui dure entre une demi-heure et une heure. «Je serai quand même contente et soulagée quand tout ça sera fini», lâche-t-elle.

1. Un numéro spécial d'information a été mis en place par l'ARS Bretagne: 02.22.06.74.47. Il fonctionne du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h.
2. Le prénom a été changé.



Un chirurgien : « Aucune raison de se méfier »

Chirurgien esthétique dans une clinique sud-finistérienne, le Dr Y. G.a implanté des dizaines de prothèses PIP. Il se défend d'avoir fait preuve de légèreté.

Pourquoi avez-vous utilisé des prothèses PIP plutôt que d'autres marques ?
C'est une marque française internationalement reconnue qui avait toutes les autorisations. Je n'avais aucun intérêt personnel à privilégier une marque plutôt qu'une autre. Les prix étaient exactement les mêmes et les prothèses sont directement facturées à la patiente. J'étais persuadé bien faire en choisissant cette marque.

Avez-vous eu des doutes sur la qualité de ces prothèses PIP ?
J'ai réalisé 150 implantations de prothèses PIP depuis 2003 et elles m'ont toujours donné satisfaction. Je n'ai jamais observé de complications, ni de ruptures. Même pas de problème d'irritation. Dans cette affaire, il y a des faits scientifiques et des faits médiatiques. On assiste à un emballement médiatique à partir de deux ou trois cas.

Craignez-vous d'être mis en cause judiciairement ?
Je ne vois pas en quoi je pourrais être suspecté de la moindre légèreté. Chacun essaie de trouver des responsabilités. J'ai fait confiance à un organisme d'État qui nous a dit que les prothèses étaient conformes. J'ai même visité l'usine, à la Seyne-sur-Mer (Var) où elles étaient fabriquées. Je n'ai rien vu d'anormal. Qu'aurais-je pu faire de plus?

Comprenez-vous l'inquiétude des femmes ?
Bien sûr, je comprends leur inquiétude. Depuis trois mois, il y a un mouvement légitime de panique. Mais il n'est pas justifié par des faits scientifiques. L'Afssaps (*) nous a dit que le gel de ces prothèses était irritant mais pas toxique. Donc, le risque pour la santé est extrêmement faible. Toutes les prothèses PIP que j'ai retirées étaient normales.

Que conseillez-vous aux femmes à qui vous avez posé des implants ?
Même à celles qui ne veulent pas les retirer, je leur conseille de le faire. Une femme sur neuf va développer un cancer dans sa vie: il ne faut pas qu'il y ait la moindre arrière-pensée, le moindre soupçon quant à l'origine de la maladie, même si le taux de cancer chez les femmes portant des PIP est inférieur à la moyenne française. Je propose à mespatientes de les enlever et de les remplacer par une autre marque au cours d'une même intervention. Je fais en sorte que ça se fasse le plus rapidement possible même si, médicalement, il n'y a aucune urgence.

Que vous inspire cette affaire ?
Il y a une fraude mais ce n'est pas un scandale sanitaire énorme. Reste à savoir comment cette société a pu s'organiser pour sortir ces prothèses sans que personne ne réagisse. Des gens devaient être au courant. Pourquoi personne n'a rien dit? Je pense aussi que si cette affaire a une telle résonance c'est parce qu'il s'agit de chirurgie esthétique. C'est lié à son image, qui n'est pas très bonne.

* L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

Propos recueillis par Y. C.



« Seul labo à proposer des prothèses droite et gauche »

Les prothèses PIP étaient assez répandues dans les blocs opératoires. Un chirurgien morbihannais explique pourquoi.

[justify]Vous avez posé des prothèses PIP. Comment expliquer que ce produit était utilisé fréquemment ?
En ce qui me concerne, j'en ai posé peu. Chaque produit livré par les labos a ses caractéristiques. Les volumes proposés par PIP m'intéressaient. En chirurgie réparatrice, à la suite d'une mastectomie, c'était aussi le seul fournisseur qui proposait des prothèses sein droit et sein gauche. Esthétiquement, ça faisait toute la différence. Voilà pourquoi, dans certains cas, je privilégiais ces prothèses.

Y avait-il une différence de coût ?
Non, les produits étaient, à quelque chose près, facturés de la même façon. Pour ma part, je n'ai eu à constater qu'un seul problème de rupture sur une prothèse PIP et ce, sept ans après la pose. Ce sont des examens effectués au mois d'août qui nous ont permis de déceler cet incident. À ma grande surprise, le gel était très cohésif, très compact. J'ai pu l'enlever facilement. En revanche, il m'est arrivé d'intervenir pour un même problème, sur une autre marque, et de constater que le gel silicone était très visqueux et de mauvaise qualité.

Quelles conclusions en tirez-vous ?
Je pense qu'il y a autour de cette affaire un emballement médiatique. Que les gens s'affolent outre mesure. Je trouve aussi qu'il est dommage d'essayer de faire porter le chapeau aux chirurgiens qui ont utilisé ces produits. Si j'avais su, un seul instant, qu'il y avait des risques pour mes patientes, j'aurais écarté les produits PIP. Enfin, il faut souligner qu'aucun lien de cause à effet n'a clairement été établi entre l'apparition d'un cancer et la pose de ces produits.

Comment les femmes que vous avez opérées réagissent-elles ?
Dans leur grande majorité, elles gardent leur sang-froid. Seules deux étaient très inquiètes. Elles ont demandé à ce qu'on leur enlève les prothèses rapidement. Elles n'en veulent pas d'autres. La grande majorité des patientes concernées n'envisagent pas de se faire opérer. Elles demandent une surveillance plus rapprochée: les ruptures étant facilement décelables par une mammographie ou une échographie. En ce qui me concerne, j'ai tendance à calmer les gens.

Propos recueillis par Didier Déniel

Pour réagir à ces articles veuillez cliquer ci-dessous :
http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/protheses-pip-le-temoignage-d-une-bretonne-13-01-2012-1563337.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Association de défense des porteuses de prothèses de la marque P.I.P.

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012 - 20:55


Le forum de l'association :

http://www.associationppp.com/

http://association-ppp.wifeo.com/


Vous trouverez sur le forum toutes les informations utiles ainsi que les démarches à effectuer, vous pourrez y poser toutes vos questions et dialoguer avec les victimes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses mammaires PIP : “ Des appels de toute la région”

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012 - 20:51

Actualité
Mardi 10 janvier 2012

Prothèses mammaires PIP : “ Des appels de toute la région”



Dans le département des Deux-Sèvres, la polyclinique Inkermann et le centre hospitalier de Niort sont habilités à recevoir les femmes porteuses des prothèses PIP.


Les prothèses de la société varoise PIP n’en finissent pas d’inquiéter. Le point avec le Niortais Eric Behbahani, seul chirurgien spécialisé dans le département.

En avril 2010, lorsque l’agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a suspendu la commercialisation des prothèses mammaires Poly Implant Prothèse (PIP), vous faisiez état de deux femmes concernées à Niort. Ont-elles été opérées depuis ?

Dr Eric Behbahani, spécialiste en plastique reconstructrice et plastique à Niort (polyclinique Inkermann et hôpital). « Non. Car d’une part leurs prothèses vont très bien, d’autre part le ministère de la Santé ne le préconisait pas. Or, depuis le 23 décembre, le gouvernement a recommandé “ à titre préventif et sans caractère d’urgence ” le retrait des prothèses mammaires PIP. Je vais donc les recontacter pour leur proposer de changer leurs prothèses. »

Hormis vos deux patientes, d’autres femmes se sont-elles manifestées ?

« Nous avons reçu des appels en provenance de toute la région, en particulier de Charente-Maritime. Leurs prothèses PIP avaient été posées par d’autres confrères qui n’exercent plus, pour différentes raisons. Il s’agissait plutôt de reconstructions mammaires après un cancer. Pour autant, leurs implants ne présentaient pas d’anomalies à l’exception d’un cas, où la membrane était rompue. Nous avons donc procédé à son remplacement. »

La polyclinique Inkermann et le centre hospitalier de Niort sont les seuls habilités pour l’explantation des prothèses PIP. Quelle est la procédure ?

« Inkermann est le seul établissement habilité pour la chirurgie esthétique dans le département. A l’hôpital, où il n’y a pas eu de prothèses PIP implantées, se pratiquent surtout des implants dans le cadre de reconstructions. La clinique a donc recontacté les deux patientes qui ont eu une prothèse. Le changement de la prothèse est conseillé par le ministère, même quand elle n’est pas rompue. Ce qui, parfois, peut troubler. Mais il s’agit de l’application pure et simple du principe de précaution. »

Y-a-t-il, selon vous, urgence ou non à procéder au retrait des implants PIP ?

« Il n’y a aucune urgence à partir du moment où la prothèse est intacte. Néanmoins les patientes peuvent aller consulter leur médecin traitant afin qu’il leur prescrive une mammographie et une échographie. Auparavant, ces actes avaient lieu tous les six mois. Le seul fait nouveau, c’est la préconisation du gouvernement. Cette opération peut s’effectuer dans le temps. Je précise que le taux de rupture des implants PIP, selon les dernières données, était de 10 %. »

Avez-vous le sentiment de vous être fait avoir par le labo qui a commercialisé les prothèses PIP ?

« C’est incontestablement une escroquerie. Les praticiens qui les ont utilisées l’ont fait de bonne foi. D’autant que les prix de ces prothèses étaient identiques aux autres. »

Avez-vous constaté une baisse du nombre de demandes de prothèses ?

« Nous passons beaucoup plus de temps à expliquer la qualité de nos prothèses. En France, il existe une petite dizaine de marques sur le marché. Je pense qu’il faut procéder directement à des contrôles dans les laboratoires, et non par un tiers, comme ce fut le cas avec l’Allemand TUV pour les PIP. A l’exemple des Etats-Unis où il n’existe que deux marques autorisées. Celles que j’utilise. »

Propos recueillis par Jean Rouziès la Nouvelle République

http://www.maville.com/actu/actudet_-Protheses-mammaires-PIP-Des-appels-de-toute-la-region_fil-2079385_actu.Htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèse PIP : l'Ordre des médecins appelle à la modération des honoraires

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012 - 20:42

Les News Santé

Prothèse PIP : l'Ordre des médecins appelle à la modération des honoraires

lundi 09 janvier 2012

Le 9 janvier, le Conseil national de l'Ordre des médecins recommande à l'ensemble des professionnels de santé ayant réalisé les implantations des prothèses Poly Implant Prothèse (PIP), responsables de réactions inflammatoires et de ruptures, à "prendre en charge leurs explantations et le suivi des patientes". Les praticiens sont également appelés à "pratiquer des honoraires en rapport avec les tarifs de l'Assurance maladie".

Implants PIP : les praticiens appelés à prendre en charge les explantations.

Le Docteur Michel Legmann, Président du Conseil national de l’Ordre des médecins, "recommande à tous les confrères concernés de bien vouloir pratiquer des honoraires en rapport avec les tarifs de l’Assurance Maladie, et cela compte tenu du caractère exceptionnel de ces situations".

Dans un communiqué en ligne sur le site du Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom), il juge ainsi que "Les praticiens ayant pratiqué les implantations de ces prothèses ont le devoir de prendre en charge leurs explantations et le suivi des patientes (y compris les biopsies capsulaires, en accord avec l’INCA) sauf si celles-ci ont fait un choix différent".

Il rappelle également le caractère obligatoire du signalement à l’Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé de toutes les explantations de prothèses mammaires défectueuses ou non.

David Bême

Source :
Explantations des prothèses PIP : le CNOM recommande aux praticiens respect du tact et de la mesure dans la pratique de leurs honoraires – Conseil national de l’ordre des médecins – 9 janvier 2012 - (accessible en ligne)

Photo : DURAND FLORENCE/SIPA


Dossier

Prothèses PIP : un scandale économique et sanitaire

Forums

Forum Actualités

Forum Chirurgie esthétique, en particulier cette discussion qui aborde l'actualité récente des prothèses PIP.

Les news de cette rubrique :
- Prothèse PIP : l'Ordre des médecins appelle à la modération des honoraires
- Implants PIP : les ARS publient les listes des établissements réalisant les explantations
- PIP : la France demande une réforme du système de contrôle des dispositifs médicaux
- Prothèse PIP : plusieurs enquêtes demandées
- Prothèses PIP : l'association de défense des femmes attend des réponses
- Remplacement des prothèses PIP : la gratuité pour toutes ?


http://news.doctissimo.fr/Sante/Prothese-PIP-l-Ordre-des-medecins-appelle-a-la-moderation-des-honoraires-26538

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : Plus de cas que prévu en Belgique

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012 - 20:30

Prothèses mammaires défectueuses
Publié le 9 janvier 2012 à 23h52
Mis à jour le 10 janvier 2012 à 00h00


Prothèses PIP : Plus de cas que prévu en Belgique
Plus de 600 prothèses PIP ont été posées en Belgique contre la centaine initialement avancée.



Quatre femmes en Belgique ont fait retirer depuis début décembre leurs prothèses suite à une rupture des implants SIPA/IBO/SIPA

Finalement, le scandale PIP est plus important que l'on ne pensait en Belgique. L'Agence fédérale belge des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a annoncé lundi qu'« au moins 674 » implants mammaires de la marque française ont été posés dans le royaume. Jusqu'ici, le chiffre d'une « centaine » de porteuses d'implants PIP a été avancé par des responsables médicaux.

Renforcement des contrôles

Ce nombre correspond au nombre d'implants PIP et non au nombre de patientes implantées mais cela concerne tout de même 337 femmes. Quatre femmes en Belgique ont fait retirer depuis début décembre leurs prothèses suite à une rupture des implants, et une a « informé l'agence de sa volonté » de les faire retirer à titre préventif.


Les autorités belges ont recommandé, le 23 décembre 2011, un examen systématique aux femmes porteuses d'implants PIP et le retrait en cas de rupture, de suspicion de rupture ou de suintement. La ministre belge de la Santé lancera cette semaine une consultation avec les acteurs du secteur pour mettre sur pied un « plan d'actions » visant à renforcer le contrôle des « dispositifs médicaux implantables », et donc pas uniquement des prothèses mammaires.

Par Actu France-Soir

Vous pouvez réagir à l'article :
http://www.francesoir.fr/actualite/sante/protheses-pip-plus-de-cas-que-prevu-en-belgique-172394.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : inquiétude en Alsace

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012 - 20:23

Publié le 09/01/2012 | 19:22
Info Deux rives - SANTE

http://alsace.france3.fr/info/deux-rives/protheses-pip--inquietude-en-alsace-71952522.html




Pour toute question concernant ces prothèses, le ministère de la Santé a mis en place un numéro vert : 0800 636 636.
(ouverture du lundi au samedi de 9h00/19h00).

Les recommandations émises par l’Afssaps

-Les femmes porteuses d’une prothèse mammaire doivent vérifier la marque de cette prothèse sur la carte qui leur a été remise. En l’absence de carte, elles doivent contacter leur chirurgien, ou à défaut, l’établissement où a été pratiquée l’intervention.

-Les patientes porteuses de prothèses PIP doivent consulter leur chirurgien. A cette occasion, une explantation préventive même sans signe clinique de détérioration de l’implant leur sera proposée. Si elles ne souhaitent pas d’explantation, elles doivent bénéficier d’un suivi par échographie mammaire et axillaire tous les 6 mois.

-Toute rupture, toute suspicion de rupture ou de suintement d’une prothèse doit conduire à son explantation ainsi qu’à celle de la seconde prothèse

- Avant toute explantation, quel que soit son motif, un bilan d’imagerie (incluant une mammographie et échographie mammaire et axillaire) récent doit être disponible.

La page internet consacrée à la prise en charge par l'Assurance maladie
Le site web de l'Agence régionale de santé (Alsace)
Le site de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps)


La liste de l'ARS


Établissements et professionnels de santé pratiquant :
- la chirurgie esthétique du sein par pose de prothèses mammaires
- la chirurgie reconstructrice du sein en Alsace

Hôpitaux universitaires de Strasbourg
1, place de l’Hôpital - BP 426 - 67 091 Strasbourg cedex Tél. : 03 88 11 67 68
Centre de lutte contre le cancer Paul Strauss - Strasbourg
3, rue de la Porte de l’hôpital - BP 30 042 - 67 065 Strasbourg cedex
Tél. : 03 88 25 24 24
Clinique Adassa - Strasbourg
13, place de Haguenau - 67 082 Strasbourg cedex Tél. : 03 88 15 10 10
Établissement des Diaconesses - Strasbourg
2, rue Sainte Elisabeth - BP 90 010 - 67 085 Strasbourg cedex Tél. : 03 88 14 42 42
Clinique de l’Orangerie - Strasbourg
29, allée de la Robertsau - BP 70 380 - 67 010 Strasbourg cedex Tél. : 08 26 39 99 18
Groupe Hospitalier Saint-Vincent - Strasbourg
15, rue de la Toussaint - 67 000 Strasbourg Tél. : 03 88 21 70 00
Clinique Sainte-Odile - Strasbourg
6, rue Simonis - 67 100 Strasbourg Tél. 08 25 12 45 00
SCM des Drs Mariano et Blez, et des Drs Martini et Chalumeau - Strasbourg
1, rue du Conseil des XV - 67 000 Strasbourg Tél. : 03 88 45 69 49
Groupe Hospitalier du Centre Alsace - Colmar
201 avenue d’Alsace - BP 20 129 - 68 003 Colmar cedex Tél. : 03 89 21 28 00
Clinique Saint-Sauveur - Mulhouse
1, rue Saint Sauveur - 68054 Mulhouse cedex 1 Tél. : 08 25 12 75 75
Centre hospitalier de Mulhouse
87, avenue d’Altkirch - BP 1070 - 68 051 Mulhouse cedex 1 Tél. : 03 89 64 64 64
Maison du Diaconat - Mulhouse
14, Boulevard Roosevelt - 68 067 Mulhouse cedex 2 Tél. : 08 21 44 40 55


Le point sur l'enquête judiciaire (AFP-6 janvier)

Une enquête judiciaire est en cours à Marseille dans l'affaire des prothèses mammaires frauduleuses PIP, dont le volet consacré à l'aspect "tromperie aggravée" devrait donner lieu à un premier procès d'ici la fin 2012. L'enquête a été ouverte au moment où l'Agence de sécurité du médicament (Afssaps) décrétait en mars 2010 le retrait de ces implants du marché français.

Confiée au pôle santé du parquet de Marseille - la société PIP étant basée à la Seyne-sur-Mer (Var) -, elle comprend aujourd'hui deux volets. Le premier, pour "tromperie aggravée" sur une marchandise, a donné lieu à une série d'auditions depuis 2010, notamment des dirigeants de PIP et du fondateur Jean-Claude Mas, qui a reconnu devant les enquêteurs que la fraude était organisée depuis des années.

Cette enquête dite "préliminaire" est close depuis octobre 2011 et devrait donner lieu à un procès devant le tribunal correctionnel de Marseille d'ici à la fin 2012. Cette procédure juridique, qui permet souplesse, rapidité et donc la perspective d'un procès dans un délai court, n'offre en revanche pas la possibilité de "mettre en examen" ou d'imposer un contrôle judiciaire.

Les responsables présumés de la fraude seront simplement cités à comparaître, dans une convocation qui leur sera envoyée au moment où date et lieu du procès seront précisément fixés. Parmi les chefs de poursuite retenus, on trouve "tromperie aggravée", "obstacle aux contrôles de l'Afssaps", "non-présence de marquage CE" ou "mise sur le marché de dispositifs médicaux non conformes aux examens de sécurité".

Pour la seule "tromperie aggravée sur les qualités substantielles d'une marchandise pouvant compromettre la santé", les prévenus encourent une peine de quatre ans de prison, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Marseille.

A ce stade, plus de 2.500 plaintes ont été reçues à Marseille et "leur nombre grossit chaque jour", affirme-t-on. Aucune plainte n'a encore été recensée de l'étranger. Début décembre 2011, un second volet judiciaire a été ouvert avec une "information judiciaire pour homicide et blessures involontaires", confiée à la juge d'instruction Annaïck Le Goff du pôle santé de Marseille.

Celle-ci a, parmi ses tout premiers actes de procédure, effectué mercredi un déplacement au siège désaffecté de PIP dans le Var. Ce volet s'annonce particulièrement long, avec batailles d'experts autour de chaque cas individuel.

Selon une source judiciaire, l'instruction pourrait prendre plusieurs années. Les investigations sur le dossier ont été confiées aux gendarmes de la section de recherches de Marseille et aux enquêteurs de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et la santé publique (Oclaesp).

Réagir et voter et Vidéo >> http://alsace.france3.fr/info/deux-rives/protheses-pip--inquietude-en-alsace-71952522.html


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses mammaires défectueuses

Message  Invité le Mer 11 Jan 2012 - 20:08

Publié le 9 janvier 2012 à 14h48

PIP : Bertrand veut plus de contrôles des matériels médicaux.


Le ministre de la Santé Xavier Bertrand a estimé ce lundi qu'il devrait y avoir plus de contrôleurs de matériels médicaux et plus de contrôles dans les lieux d'implantation, après le scandale des prothèses mammaires de la société Varoise PIP.


Le ministre de la Santé Xavier Bertrand veut renforcer les contrôles sur le matériel médical SIPA/Remy de la Mauvinière

Éviter qu'un nouveau scandale médical ne se reproduise après l'affaire des prothèses PIP et celle du Médiator. C'est la volonté affichée par le ministre de la Santé Xavier Bertrand qui a annoncé ce lundi qu'il devrait y avoir plus de contrôleurs de matériels médicaux et que les contrôles devaient se faire « sans prévenir » dans les lieux d'implantation.

Les contrôles doivent intervenir « sans prévenir, dans les lieux d'implantation ou les cabinets, de façon à être sûr que ce qui va être implanté bénéficie du même contrôle » qu'à l'usine, a déclaré le ministre de la Santé Xavier Bertrand sur France Inter. « Il faudra qu'il y ait aussi plus de contrôleurs. Ils ne sont même pas une dizaine aujourd'hui sur les dispositifs médicaux », a ajouté le ministre. Xavier Bertrand a en outre suggéré un suivi des patients
« différent »: « Il faudra un suivi pour savoir comment ils (les patients, NDLR) réagissent aux dispositifs médicaux qui ont été implantés », a-t-il déclaré. Le ministre n'a donné aucun calendrier pour toutes ces demandes.

Un numéro vert mis en place

Le ministre a confié au directeur général de la Santé Jean-Yves Grall et au patron de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) le soin de lui remettre un rapport pour éclairer sur tous les dysfonctionnements survenus dans l'affaire des prothèses mammaires. Le rapport lui sera remis d'ici la fin du mois.

Un numéro vert a été mis en place par le ministère afin de répondre à toutes les questions concernant les prothèses PIP : 0800.636.636 (Ouverture du lundi au samedi de 9h00 à 19h00.)

L'Afssaps avait annoncé le retrait du marché des implants mammaires PIP le 30 mars 2010. Quelque 30.000 femmes sont concernées en France, 400.000 à 500.000 pourraient l'être dans le monde, notamment en Amérique latine, en Espagne et en Grande-Bretagne.

Actu France Soir

Vous pouvez réagir à l'article :

http://www.francesoir.fr/actualite/sante/xavier-bertrand-veut-plus-de-controles-des-materiels-medicaux-172149.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP et la Ligue contre le cancer

Message  Invité le Sam 7 Jan 2012 - 19:04


Prothèses PIP : la Ligue contre le cancer va porter plainte

le Vendredi 6 Janvier 2012 à 17:47

La Ligue contre le cancer a annoncé qu'elle allait porter plainte
dans l'affaire des prothèses mammaires frauduleuses PIP, qui ont été implantées à plusieurs milliers de femmes en France, et qui sont potentiellement cancérigènes.

La Ligue explique que d'une part, elle souhaite avoir accès au dossier afin de s'assurer que les victimes seront correctement indemnisées et d'autre part, qu'elle se considère comme directement lésée, du fait des dépenses qu'elle va devoir engager pour aider les femmes atteintes d'un cancer du sein à cause de ces implants mammaires.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : témoignage d’un chirurgien marseillais

Message  Invité le Sam 7 Jan 2012 - 18:22



Prothèses PIP : le témoignage d’un chirurgien marseillais qui avait donné l’alerte dès 2008

le Vendredi 6 Janvier 2012 à 06:32

Parmi les chirurgiens qui ont posé les implants PIP, Christian Marinetti, un spécialiste marseillais. Dès la fin 2007, il a constaté des ruptures avec des conséquences médicales graves. A plusieurs reprises jusqu'en février 2010, date de la fermeture de l'usine PIP dans le Var, il avait alerté l'Afssaps sans réponse de l'agence des produits de santé.


Christian Marinetti, un spécialiste marseillais, avait donné l'alerte dés 2010 - témoignage recueilli par Philippe Boccara - à écouter :

Cliquez pour vous rendre sur la page :
http://www.franceinfo.fr/justice-protheses-mammaires/protheses-pip-le-temoignage-d%E2%80%99un-chirurgien-marseillais-qui-avait-donne-l%E2%80%99alerte-des-2008-48

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Cas de cancer déclarés chez les femmes porteuses de prothèses mammaires PIP

Message  Invité le Sam 7 Jan 2012 - 18:12



20 cas de cancer déclarés chez les femmes porteuses de prothèses mammaires PIP

le Vendredi 30 Décembre 2011 à 17:02

L'Agence des produits de santé (Afssaps) vient de rendre public un nouveau bilan : chez les 30.000 Françaises qui portent des prothèses mammaires PIP, 20 cas de cancer du sein déclarés ont été dénombrés. Parmi eux, 15 cas d'adénocarcinome mammaire, la forme la plus fréquente du cancer du sein. "Aucune imputabilité n'a été établie à ce jour entre ces cas de cancer et le port des implants PIP" frauduleux, précise l'Afssaps.

Toujours selon ce nouveau bilan, 1.143 ruptures d'implant ont été rapportées à l'agence ainsi que 495 cas de réactions inflammatoires.




__________________________________________________________________________________________
" La copie de cet article n'est pas dans la chronologie mais je souhaitais corriger une importante erreur qui s'est glissée dans mon message du Jeu 5 Jan - 11:10 - en réponse à Juliette...
En effet, il ne s'agissait pas de 3000 femmes Françaises porteuses de PIP mais de 30.000 femmes Françaises (cf article ci-dessus).

Veuillez m'excuser de cette énorme faute de frappe. "

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prothèses PIP : utilisaton des produits non homologués

Message  Invité le Sam 7 Jan 2012 - 17:47



En 2010, Jean-Claude Mas avait avoué utiliser des produits non homologués.

le Vendredi 6 Janvier 2012 à 07:08

Si le président-fondateur du groupe Poly Implant Prothèse n'a pas l'intention de s'exprimer selon son avocat, Me Yves Haddad, il suffit de se référer au procès verbal de son audition devant les gendarmes il y a un peu plus d'un an pour connaitre sa version des faits. Et savoir qu'il assume ce qui lui est aujourd'hui reproché. Un PV révélé par TF1.

En novembre 2010, Jean-Claude Mas avait admis avoir utilisé un gel non conforme et avoir sciemment déjoué les contrôles sans y voir de problème, sans complexe ni regrets : "Cette formule est parfaite, elle est meilleure que celle utilisée pour fabriquer le gel homologue/ Par habitude, depuis 1997 nous cachions les produits utilisés pour fabriquer le gel PIP. Je n'avais pas le droit d'acheter ces produits car ils n'étaient pas homologués. Tout était organisé pour échapper aux contrôles."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Implants : Bruxelles et Xavier Bertrand

Message  Invité le Jeu 5 Jan 2012 - 18:24



Implants : Bruxelles et Xavier Bertrand se renvoient la balle sur la réglementation

le Jeudi 5 Janvier 2012 à 15:53

Le ministre de la Santé français, Xavier Bertrand, a estimé ce matin que l'affaire des prothèses PIP révélait un manque de sévérité de la réglementation européenne. Bruxelles répond que rien n'a jamais empêché la France de prendre elle-même des mesures.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, dénonce une règlementation européenne trop faible sur les implants.
Au micro de nos confrères de LCI Matin.
http://www.franceinfo.fr/europe-implants/implants-bruxelles-et-xavier-bertrand-se-renvoient-la-balle-sur-la-reglementation-489013-2012-01-05


Alors que l'affaire des prothèses PIP prend une ampleur mondiale et que le soupçon vient entacher l'ensemble de la filière implants, le ministre de la Santé français, Xavier Bertrand, pointe un doigt accusateur vers... Bruxelles. Pour lui, ce scandale médical révèle que la règlementation européenne est trop légère en la matière : "un simple label ne me suffit pas", tranche-t-il. Et le ministre en appelle à ses collègues européens et demande une véritable autorisation de mise sur le marché pour ces matériels, comme cela existe pour les médicaments.

Mais l'autorité désignée s'est rebiffée cet après-midi, estimant avoir le dos un peu trop large. La Commission européenne explique que la réglementation ne représente qu'un plus petit dénominateur commun, et que les États peuvent la durcir à la gré. Sous-entendu, la France aurait pu le faire de son propre chef.

Les implants médicaux doivent en effet bénéficier d'un label CE, mais il est délivré par 80 agences qui dépendent des États-membres et non pas directement de la Commission de Bruxelles. Si ce label définit des normes de sécurité et rend nécessaire des contrôles, c'est aux différents États de les exécuter, sur la base de leur connaissance du réseau de santé de leur pays, rappelle Frédéric Vincent, porte-parole du commissaire européen en charge de la santé et des consommateurs.


C'est aux États-membres d'assurer les contrôles sur les implants médicaux,
affirme Frédéric Vincent, porte-parole du commissaire européen à la Santé.
http://www.franceinfo.fr/europe-implants/implants-bruxelles-et-xavier-bertrand-se-renvoient-la-balle-sur-la-reglementation-489013-2012-01-05

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Actualisation des données d’incidents déclarés chez les femmes porteuses d’impla

Message  Invité le Jeu 5 Jan 2012 - 11:17

Actualisation des données d’incidents déclarés chez les femmes porteuses d’implants mammaires en gel de silicone PIP
- Communiqué


30/12/2011

Lire aussi

http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Communiques-Points-presse/Actualisation-des-donnees-d-incidents-declares-chez-les-femmes-porteuses-d-implants-mammaires-en-gel-de-silicone-PIP-Communique

Synthèse des données d’incidents déclarés chez les femmes porteuses d’implants PIP (29/12/2011) application/pdf (17 ko)

Dans le cadre du comité de suivi des femmes porteuses de prothèses mammaires PIP mis en place, mi décembre 2011, par le ministère de la santé, il a été décidé de mettre à disposition sur le site de l’Afssaps les données de surveillance. Ces données de surveillance sont actualisées 2 fois par mois.

A la date du 28 décembre 2011, les données actualisées de matériovigilance indiquent 1 143 ruptures de prothèses et 495 réactions inflammatoires avec ou sans perspiration du gel à travers l’enveloppe. De plus, 20 cas de cancers ont été rapportés chez des femmes porteuses d’implants PIP (1 cas de lymphome anaplasique à grande cellules, 15 cas d’adénocarcinome mammaire, 1 cas de lymphome amygdalien, 1 cas de lymphome folliculaire, 1 cas d’adénocarcinome du poumon et 1 cas de leucémie aigüe myéloblastique).

Par ailleurs, 672 explantations préventives effectuées à la demande de la patiente ont été déclarées à l’Afssaps, dont 23 ruptures et 14 perspirations découvertes à l’explantation.

L’Afssaps précise que l’actualisation de ces données ne remet pas en cause les conclusions du groupe d’experts de l’Inca indiquant qu’à ce jour l’imputabilité entre les cas de cancer et le port d’implants PIP n’est pas établi. Le nombre de cancers du sein à ce jour rapporté chez les femmes porteuses d’implants PIP reste inférieur au taux observé dans la population générale.

L’augmentation du nombre de signalements depuis le 14 décembre 2011 est notamment due à la transmission groupée de signalements communiqués par une association de patientes.

Enfin il est rappelé qu’un numéro vert a été réactivé depuis le 25 novembre 2011 : 0800 636 636 .
Il fonctionne du lundi au samedi de 9h00 à 19h00.

Des informations complémentaires sont disponibles sur le site de l’Afssaps .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POINT SUR LES IMPLANTS MAMMAIRES PIP

Message  Invité le Jeu 5 Jan 2012 - 11:10

Merci Juliette pour ton message.
Ce matin j'ai écouté le flash France Info pendant mon petit dèj, concernant l'affaire.
Et il a été dit : " d'autres problèmes vont surgir à retardement "... Est ce concernant les implants ?
Code:
Les femmes devraient pouvoir être informées sur cette affaire, surtout celles qui n'avaient jamais demandé à avoir un cancer...
Je n'ai pas été concernée mais, je prête l'oreille à chaque fois que le sujet est abordé. Je pense très fort à toutes ces femmes dans cette nouvelle tourmente pour elles...et me doute que ces femmes s'informent de quelque manière que ce soit.
Nous sommes en plein dans le cœur du sujet, c'est parti, parce que d'après ce que j'ai compris pour 3000 femmes qui voudraient se faire enlever leur prothèse, cela se fera sur 1 an. Le nombre de chirurgiens plasticiens a été donné mais je ne l'ai pas retenu...
Il a été dit 40 patientes / chirurgien sur 1 an.
Avec contrôle écho mammo pour voir si la prothèse est intacte ou non...de façon à prendre en charge d'abord les femmes dont la prothèse est déjà défectueuse je pense...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POINT SUR LES IMPLANTS MAMMAIRES PIP

Message  Juliette le Jeu 5 Jan 2012 - 10:11

Effectivement Nanon, tous les jours, on en apprend de belles....Jusqu'où va remonter ce scandale ? Bientôt à nouveau un ou des ministres ?.....Notre santé ne pèse pas bien lourd devant le fric...Après l'affaire du sang contaminé, l'affaire du médiator, et bien d'autres, que ne ferait-on pas au nom du saint fric..
Y'a de quoi se faire du mouron s pour notre santé..
Merci pour toutes ces infos...
Je trouvais un peu "bizarre" que des sites de cancer du sein où beaucoup de femmes ont ces prothèses, n'en parlaient pas...Les femmes devraient pouvoir être informées sur cette affaire, surtout celles qui n'avaient jamais demandé à avoir un cancer...Les autres, celles qui se faisaient charcuter pour avoir un 110C, elles ont pris leurs risques...Je trouve ça tellement con de passer sur le billard, juste pour une question d'esthétique..
Merci à toi...
ps : ça y est, ça recommence côté santé..J'allais bien et pan, vlà que ça recommence...Je retousse de plus en plus...Y'en a marre de cette humidité qui nous transperce les bronches...Un bon ptit - 30 tuerait tous les microbes qui flottent dans l'air..

Juliette

Age : 63
Localisation : france
Humeur : Ca va, ça vient..
Date d'inscription : 30/10/2008

http://juliette03.over-blog.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE POINT SUR LES IMPLANTS MAMMAIRES PIP

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum